L'actualité de la recherche

La lumière bleue dans le viseur de Virginie Laurent-Gydé

04/10/2018

Virginie Laurent-Gydé, chercheuse à l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives, travaille sur les effets de la lumière bleue depuis quelques années déjà. En juin, grâce à un financement Idex, elle s’est lancée dans un projet de deux ans visant à sensibiliser les élèves à l’impact de cette lumière émise par le soleil mais aussi les sources lumineuses artificielles comme les ampoules LED ou les écrans.

Virginie Laurent-Gydé souhaite
sensibiliser les élèves aux effets
de la lumière bleue. Photo MR

Contribution à l’accélération du vieillissement de la rétine, augmentation des myopies, la lumière bleue, dont les longueurs d'onde se situent entre 380 et 500 nanomètres, peut avoir différents effets fonctionnels sur notre vision. « En Chine 100% de la population jeune doit mettre des lunettes », note Virginie Laurent-Gydé qui décide de se pencher sur le sujet à travers l’étude des effets de la lumière bleue sur la rétine et le circuit de l’agressivité dans le cerveau. Pour ce faire, elle obtient en 2016 un financement CNRS attentats. « La littérature rapportait que les terroristes étaient très exposés aux écrans, je me suis demandée s’il pouvait y avoir un lien entre les effets de la lumière bleue et leur comportement. »

En étudiant des souris dotées de rétines avec une composition particulière, la chercheuse remarque que la lumière bleue les rend plus agressives et anxieuses. « Heureusement, ça ne nous rend pas tous agressifs. Les cellules de la rétine effectuent des projections vers des parties du cerveau liées au comportement. L’idée étant de savoir si cette lumière active vraiment le circuit des émotions ou si c’est un contributeur de plus aux changements de comportements », souligne la chercheuse qui commence à étudier les cerveaux de ces spécimens post-mortem.

Une lampe pédagogique

Durant ses recherches, Virginie Laurent-Gydé constate que beaucoup d’informations circulent dans les médias sur ce sujet. « Dont certaines fausses. » Pour sensibiliser le jeune public à cette problématique, elle décide de répondre à un appel à projets Idex « Université et cité ». Débuté en juin, son projet comporte différents volets, avec un aspect recherche en lien avec le laboratoire ICube. Sans oublier un travail avec le responsable du service sommeil de l’Hôpital civil. « Nous aimerions réaliser des IRM fonctionnels afin de pouvoir observer les effets de la lumière bleue sur le cerveau », glisse la chercheuse qui évoque également un gros volet pédagogie en lien avec le Jardin des sciences, la faculté des sciences de la vie ou encore la Maison pour la science. « Ça nous permet de toucher des élèves du primaire à l’université. »

Première étape : la réalisation d’un prototype de lampe destiné à expliquer les effets de la lumière bleue aux enfants. « Nous allons préparer un accompagnement pédagogique sur la construction de cette lampe et la manière dont on l’introduit dans une classe. » Réalisée avec l’aide d’étudiants de master en design, elle possédera trois sources de lumière : une  source contenant de la lumière « naturelle » blanche avec lumière bleue, une source de lumière blanche sans lumière bleue et une lumière rouge pour la nuit. « L’idée de la lampe c’est que les enfants puissent la construire et l’emmener partout et qu’ils en comprennent l’utilisation. Pour  la notion de rythme circadien (24h), nous aimerions y intégrer une horloge. » Avec toujours en ligne de mire pour la chercheuse l’envie de faire des sciences participatives.

Marion Riegert

Vrai ou Faux ?

Important information

La lumière bleue est mauvaise pour la santé ?

Faux. « Elle n’est pas nocive en soi, on en a besoin le matin par exemple pour se réveiller. Durant la journée, les ophtalmologues conseillent de s’interrompre régulièrement lorsqu’on travaille devant un écran pour réaccommoder l’œil. »

La lumière bleue joue sur le sommeil ?

Vrai. « Des études ont largement été publiées sur le sujet. La lumière bleue rallonge le temps d’endormissement de 21 minutes et agit sur le sommeil paradoxal. Elle désorganise les horloges internes. »

Les lunettes anti-lumière bleue sont efficaces ?

Faux. « Des collègues ont testé certaines paires de lunettes anti-lumière bleue. Les verres ne filtrent qu’une petite partie de cette lumière et pas la longueur d’onde qui agit sur le sommeil.  Quelqu’un a également essayé de me vendre de la crème à mettre sous les yeux anti lumière bleue, je ne suis pas convaincue de son efficacité.» Pour se protéger de la lumière bleue, rien ne vaut un filtre à télécharger en ligne ou une déconnexion en bonne et due forme.