L'actualité de la recherche

Thomas Hermans élu meilleur scientifique de moins de 40 ans

17/07/2019

Le Forum économique mondial dévoile tous les ans sa liste des meilleurs scientifiques du monde âgés de moins de 40 ans. Parmi les 21 élus 2019, Thomas Hermans, chercheur à l’Institut de science et d'ingénierie supramoléculaires (Isis) étudie les polymères supramoléculaires. Début juillet, il était à la 13e assemblée annuelle des nouveaux champions du Forum pour évoquer différentes problématiques mondiales.

Thomas Hermans étudie les polymères
supramoléculaires. Photo Benjamin Hincker

« J’ai appris par mail fin avril que je faisais partie des « 21 meilleurs scientifiques de moins de 40 ans à la pointe de la découverte » élus par le Forum économique mondial, une fondation à but non lucratif dont le siège est à Genève. Au départ, je ne savais pas que c’était quelque chose d’aussi prestigieux, les communiqués de presse sont toujours exagérés », sourit Thomas Hermans qui reste modeste.

Ces chercheurs de 10 pays ont été sélectionnés pour leur contribution à l'avancement des frontières scientifiques dans les domaines de la santé, de la durabilité, de l'inclusion et de l'équité. Ecologie, technologie quantique, physique, science des matériaux, biologie, biomédecine… leurs recherches couvrent différents domaines. La candidature de Thomas Hermans a été proposée par le Conseil européen de la recherche dont il est lauréat d’une bourse Starting Grant depuis 2017 pour ses recherches sur les polymères supramoléculaires hors équilibre.

Leadership 4.0

Première étape pour le chercheur élu pour deux ans : la 13e assemblée annuelle des nouveaux champions du Forum à Dalian, en Chine, du 1er au 3 juillet 2019. Objectif : apporter des idées pour résoudre des problèmes complexes au niveau mondial, au côté d’autres groupes dans différents domaines mais aussi de dirigeants des gouvernements, des entreprises, de la société civile lors de sessions et d’ateliers.

Image de microtubules artificiels.
Crédit Thomas Hermans

Le tout, autour du thème Leadership 4.0 : « Comment faire évoluer le leadership pour réduire les déchets, baisser la consommation d’énergie… Il y a un échantillon de toutes les populations qui permet d’avoir différents points de vue. Le but de notre groupe est d’apporter une vision scientifique, analytique des problèmes dans le monde. »

Thomas Hermans aura également l’occasion de plancher sur différents thèmes tout au long de l’année. « 10 problématiques ont été sélectionnées, je suis en train de choisir les groupes de réflexion auxquels je souhaite collaborer comme les bioplastiques pour une économie circulaire ou le stockage de données ADN. » Des sujets qu’il peut rapprocher de sa recherche.

Marion Riegert

Une recherche sur des matériaux semblables à la vie

Documents

« Les cellules contiennent des centrosomes où les microtubules, des tuyaux très petits de l’ordre du micromètre, grandissent pour former le cytosquelette. Ces microtubules forment des tubes au sein desquels les interactions sont réversibles. Pour donner de l’énergie aux processus d’assemblage et de désassemblage de ces petits tubes, la nature utilise des molécules à haut carburant issues de la respiration, la nourriture… Le plastique, lui, n’a pas besoin d’énergie mais pour créer des matériaux qui s’adaptent et évoluent, il est nécessaire de les rendre dépendant d’un carburant. Nous sommes ainsi parvenus à recréer des polymères supramoléculaires dotés d’un système imitant les microtubules qui s’assemblent et se désassemblent rapidement. Cette avancée va permettre de créer un matériau programmable qui pourrait exister durant 1h pour boucher une veine lors d’une opération par exemple. La force du matériau pourra également évoluer en permanence à l’aide de deux types de carburants un qui active et l’autre qui désactive le processus. Des réactions naturelles comme se rétracter face à une brûlure seront également possibles. Mais il ne s’agit pas de parler de vie, je ne veux pas entrer dans ce débat, c’est une nouvelle classe appelée « life-like supramolecular materials »* dont nous ne connaissons pas encore toutes les applications. »

*matériaux semblables à la vie.