L'actualité de la recherche

Dans le vocabulaire architectural d'un manuscrit de la mer Morte

07/10/2019

Après avoir réalisé son master sur le Rouleau du temple, un manuscrit de la mer Morte dont la copie date du tournant de notre ère, avant que le canon biblique ne soit figé, Thibault Foulon décide de poursuivre ses investigations sur le sujet. Le tout, à travers une thèse débutée en 2018 où il s’intéresse plus précisément à la rhétorique architecturale du manuscrit et ce à travers une étude sociolinguistique.

Les manuscrits ont été découverts sur le site de Qumran en Cisjordanie. Photos DR

Entre 1947 et 1956, près de 900 manuscrits sont découverts progressivement dans différentes grottes du site de Qumran en Cisjordanie, en surplomb de la rive ouest de la mer Morte. « Tous les manuscrits ont été édités. L’idée est maintenant de mieux comprendre leur origine », précise Thibault Foulon, doctorant au sein du Centre d’analyse des rhétoriques religieuses de l’Antiquité (Carra).

Ecrits majoritairement en hébreu et en araméen et datés du 3e siècle avant Jésus-Christ au 1e siècle après Jésus-Christ, ce sont les plus anciens textes de la Bible hébraïque retrouvés. « A cette époque le judaïsme est pluriel, le canon biblique tel que nous le connaissons n’est pas encore figé », poursuit le jeune chercheur qui s'intéresse plus particulièrement à l’un d’entre-deux : le Rouleau du temple.

Avec ses 8 mètres et ses 66 colonnes, il est le plus long des 900 manuscrits. « Je dispose d’une numérisation intégrale du rouleau et de traductions. Si on peut dater la copie, il est difficile de dater les sections originales », souligne Thibault Foulon qui s’attaque au vocabulaire architectural pour tenter d'éclaircir ce mystère. « L’homme est capable de décrire ce qu’il a vu, ce vocabulaire nous donne des indices concrets sur l’époque. »

Une architecture militaire

Thibault Foulon s'est rendu dans la grotte
où a été découvert le Rouleau du temple.

Thibault Foulon recense les termes « à l’ancienne » : « Je n’aime pas trop utiliser des moteurs de recherche. Ce qui est intéressant, c’est que la description du temple diffère des descriptions bibliques habituelles des temples. » En plus de donner une définition architecturale, le rouleau fournit également des prescriptions pour le prêtre, le roi ou encore le peuple d’Israël et ce à travers un discours dans lequel Dieu donne des instructions sur l’édification du temple à Moïse.  « Il associe ainsi l’architecture et l’espace du temple aux rituels alors que d’ordinaire ce sont deux choses séparées dans la trame narrative du récit biblique. »

Le chercheur note également que le vocabulaire architectural utilisé est plus proche du militaire que du sacré. « Cela donne un aspect de forteresse imprenable au temple. L’idée étant de se défendre de l’impureté. » Pour rattacher le texte à la réalité, Thibault Foulon le compare avec des textes bibliques ou de littérature. « J’essaye de voir dans d’autres édifices religieux s’il existe des équivalents. »

Un travail que le chercheur a à cœur de rendre accessible au grand public à travers notamment une participation à différents évènements du Jardin des sciences. « Il faut que les scientifiques soient capables de vulgariser leur recherche. Pour ce manuscrit, c’est d’autant plus intéressant qu’il montre que les textes ne sont pas aussi figés que nous le pensions. »

Marion Riegert