Développer une entreprise dans un environnement corruptif : les cas de la Chine et de l’Inde

17/03/20

Droit, économie et gestion 

[The Conversation] S’il existe une abondante littérature qui analyse la corruption, peu de solutions existent pour protéger les entreprises et leurs équipes qui y sont confrontées.

S’il existe une abondante littérature qui analyse la corruption, nous nous sommes rendu compte qu’il y avait peu de solutions permettant à la fois à l’entreprise d’atteindre ses objectifs tout en protégeant ses équipes et en respectant l’éthique et la loi.

Les facteurs influençant la corruption peuvent se décomposer en facteurs internes et externes à l’entreprise.

Dans cet article nous nous intéresserons aux facteurs externes : comment comprendre la corruption dans l’environnement de l’entreprise ? Comment mettre en place des solutions conformes à l’éthique et à la loi ?

Il est difficile de mesurer la corruption. Il s’agit d’un délit que les parties prenantes ont tout intérêt à dissimuler. Le recensement des condamnations est nécessairement incomplet. Les résolutions de conflits entre entreprises ou avec les États restent confidentielles. L’alternative, proposée par plusieurs institutions, de mesurer non pas la corruption mais sa perception en passant par des indices indirects et par interviews, permet au mieux d’alerter d’un niveau général du risque mais ne répond pas au besoin de l’entreprise.

  • Retrouvez l'intégralité de cet article de Pierre Memheld, enseignant intelligence économique et management de projets internationaux et Paul Labic, enseignant et doctorant à l'Université de Strasbourg sur theconversation.com
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Logo France 2030
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R
Udice
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
Epicur