Les amas globulaires de la Voie lactée révélés par l’intelligence artificielle

13/04/21

Sciences et technologie 

Pour la première fois, deux jeunes chercheurs de l’Observatoire astronomique de Strasbourg ont créé une intelligence artificielle pour estimer les propriétés des amas globulaires observés dans les galaxies, y compris dans la Voie lactée.

Les amas globulaires sont des regroupements d’une dizaine de milliers à plusieurs millions d’étoiles qui se présentent sous la forme de boules compactes liées par la force de gravitation. Ces amas sont parmi les plus vieux objets rencontrés dans l’Univers. L’obtention d’une estimation précise de leurs propriétés permettra à la communauté scientifique d’échafauder des scenarii de plus en plus précis quand au passé de notre Voie lactée et des autres galaxies lointaines. Problème, en raison de leur âge, ces systèmes ont subi une longue évolution dynamique ainsi qu’une longue évolution stellaire. L’obtention de bonnes contraintes sur les propriétés des amas : masse, âge, distance par rapport à la Terre..., s’avère ainsi compliquée. A ce jour, cela nécessite le développement de modèles dynamiques très élaborés et demande un temps de calcul conséquent.

Une prédiction presque instantanée

En vue de pallier ce problème, Jonathan Chardin et Paolo Bianchini, chercheurs à l'Observatoire astronomique de Strasbourg ont mis au point l’algorithme « π-DOC » (Predicting Images for the Dynamics Of stellar Clusters). Dans un article à paraître dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, ils ont montré que les réseaux de neurones à convolution permettent de retrouver la distance, l’âge et la masse de ces objets, en utilisant comme seule entrée l’image des amas (leur « carte de luminosité »). Pour entraîner leur algorithme ils ont utilisé des simulations numériques de la formation de ces objets afin de générer de « fausses » observations de leur carte de lumière telle qu’elles seraient observées par un vrai télescope. Une fois entrainé, π-DOC prédit, presque instantanément, les propriétés des amas avec une faible erreur comparable aux meilleurs modèles existants à l’heure actuelle. Mieux, une première application de π-DOC à des observations a montré que l’algorithme donne déjà de bonnes estimations sur les vraies données astronomiques. (cf photo)

Ce travail considérable est rendu possible grâce à l’un des plus grands supercalculateurs de France, Jean-Zay (GENCI), auquel les deux chercheurs ont accès pour développer leur projet. A terme, ils ont pour vocation d’entrainer leur algorithme sur un jeu de simulations plus étendu afin de lui montrer plus d’exemples qui ressemblent à la réalité. Ainsi, l’algorithme devrait retrouver très rapidement et avec une précision inégalée les propriétés de tous les amas déjà connus et il permettra d’obtenir de manière systématique la « carte d’identité » des nouveaux amas observés par les futures générations de télescopes.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R