Le tabou des statistiques ethniques en France : un frein à la dénonciation collective des discriminations raciales ?

02/11/21

Sciences humaines et sociales 

[The Conversation] La mesure des discriminations raciales demeure un sujet tabou en France. Outre-Manche pourtant, ce type de pratiques encadrées par les politiques publiques libère la parole et permet d’agir.

France Inter a récemment révélé le résultat d’un « testing » réalisé par l’association SOS Racisme auprès d’un panel de 69 agences d’intérim franciliennes dans le domaine du BTP : 45 % d’entre elles acceptent ainsi de discriminer les travailleurs étrangers ou de « type non européen ». Si cette enquête contribue à évaluer l’ampleur des discriminations raciales en France, leur mesure reste encore un sujet tabou dans les débats publics, malgré la multiplication des études visant à quantifier les discriminations au cours de ces dernières années.

Interroger le cas français à l’aune de son voisin britannique

En effet, l’État français, marqué par sa tradition républicaine et assimilationniste, récuse la prise en compte des spécificités individuelles et se présente, en principe, comme aveugle à la race (comme construction sociale, au sens sociologique du terme).

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R