Dans les secrets des expressions françaises

04/06/2021

Soucieux de la transmission de la langue de Molière, Jean-Christophe Pellat, enseignant-chercheur au sein de l’unité de recherche Linguistique, langues, parole (Lilpa), collabore aussi à différents manuels scolaires ou destinés à la famille. L’occasion de revenir sur l’origine de différents termes et expressions figées du quotidien mais aussi et surtout de montrer que la langue peut aussi nous divertir. Morceaux choisis.

Le bistrot. Premier arrêt par ce terme largement usité, « exemple typique de la sagesse populaire qui se trompe », pour notre chercheur. « En 1815, lorsque les cosaques occupent la France après la défaite de Waterloo, ils se rendent dans des estaminets. Pressés, ils emploient le terme « bistrot » que les locaux comprennent comme « vite ». Sauf que le terme n’est attesté avec cette signification qu’en 1870/80. Il proviendrait plutôt des parlers du Nord où « bistouille » signifiait « mauvais alcool que l’on boit. ». Le « bistrot » désignerait alors le lieu où l’on boit cet alcool, et les autres.

Faire bonne chère. « Cette expression n’a rien à voir avec la nourriture et la « chair ». « En réalité, elle signifie faire bonne figure. » Le terme « chère » venant du latin « cara » qui signifie le visage. « Faire bonne figure à quelqu’un, c'est bien l’accueillir en lui offrant généralement un bon repas. D’où le sens courant de « faire un bon repas ». »

Dès potron-minet. « Cela veut dire de bon matin, dès l’aube. L’expression était au départ « dès potron jacquet », « jacquet » étant l’écureuil et « potron » le derrière, car à la campagne, lorsqu’une personne sortait de bon matin, elle pouvait voir le derrière d’un écureuil. » Au 19e siècle, quand l’expression est arrivée en ville, le chat a remplacé le rongeur.

Depuis belle lurette.  « Il s’agit là d’une mauvaise coupe, le terme original étant « belle heurette », le mot « heurette » signifiant « petite heure ». Cette « jolie petite heure » a ensuite pris le sens ironique, dans « depuis belle heurette », de « depuis longtemps ». Et « belle l’heurette » a été coupé en « belle lurette », fabriquant un petit diminutif sympathique. »

Cocktail. « Ce terme anglais désigne une boisson alcoolisée à base de mélanges. Au départ, un « cocktailed horse » est un cheval dont la queue a été coupée (« tail ») afin qu’il coure plus vite. Le bout de sa queue se redressait alors comme celle d’un coq. L’opération se faisait sur des chevaux qui n’étaient pas de race donc issus d’un mélange, d’où l’extension du mot à différents mélanges. »

Etre dans son assiette. A nouveau, cette expression provient du cheval. « « Être dans son assiette » signifie avoir une bonne assise permettant de rester maitre de sa monture en toutes circonstances. Comme « assiette » est un dérivé du verbe « asseoir », « l’assiette » désignait la position occupée par une personne, puis par les personnes à table avant de désigner l’ustensile qui reçoit le plat qu’on leur sert. »

Marion Riegert

La polémique de la pantoufle de « verre » de Cendrillon

En linguistique, il n’est pas rare que le débat soit de mise. Ce fut le cas pour la fameuse « pantoufle de verre » décrite dans le conte de Charles Perrault au 17e siècle et bien écrite « verre » dans le texte original. Deux siècles plus tard, l’écrivain Honoré de Balzac remet en cause la graphie « verre » évoquant le fait qu’une pantoufle de cette matière serait trop fragile et ne pourrait pas se porter. Pour lui, il s’agit de « vair » qui désigne de la fourrure d’écureuil. « J’ai moi-même vérifié dans des livres anglais du 18e siècle pour regarder la traduction proposée. A tous les coups, il s’agissait de « glass »… Donc, la pantoufle de Cendrillon est bien en verre. Les éditions modernes récupèrent maintenant le « verre» perdu. »

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R