Prendre en charge « l’enfant non conforme » dans sa globalité

02/06/2021

Hyperactivité, haut potentiel, syndrome de Di George, adolescents « décrocheurs », bébé intersexué… A travers l’ouvrage L’Enfant non conforme ? À l'épreuve des normes et des classifications, Marie-Frédéric Bacqué et Claire Metz, chercheuses au sein de l’unité de recherche Subjectivité, lien social et modernité (Sulisom), proposent différents éclairages mettant en avant l’importance des investigations psychiques dans la prise en charge de ces pathologies.

« A partir des années 80, nous assistons à une multiplication des diagnostics et des classifications, à l’image des « lésions infligées non suicidaires » nouveau terme du DSM 5 pour l’automutilation qui regroupe les coupures, scarifications… », souligne Claire Metz, coordinatrice de l’ouvrage au côté de Marie-Frédéric Bacqué. Ce dernier réunit des interventions du colloque organisé par le Sulisom en 2018 et présente à travers 9 chapitres des situations emblématiques de l’enfant au 21e siècle.

Objectif : interroger différents diagnostics issus des classifications internationales avec un intérêt pour les dispositifs thérapeutiques. « Il ne s’agit pas de déconsidérer les diagnostics mais cette attribution se limite souvent à l’aspect biologique et à un traitement rééducatif. Nous souhaitons montrer que l’enfant ne se réduit pas à son trouble. Il faut une prise en charge globale qui prenne en compte sa personnalité et sa singularité. »

Un accompagnement psychologique

Lors du diagnostic de la dyslexie par exemple, Claire Metz explique qu’il faudrait aller plus loin dans le bilan initial pour voir si elle est accompagnée d’angoisses, de souffrances psychiques. « Et si c’est le cas, proposer dans un deuxième temps un accompagnement psychologique en plus de la rééducation avec l’orthophoniste. »

Autre exemple : celui des enfants souffrant d’un syndrome de Di George, connu des spécialistes pour son risque de vulnérabilité psychotique. « Même en cas d’atteinte génétique avérée on ne peut pas évoquer un risque systématique de psychose. Mais lorsque les médecins le présentent aux parents comme un fait irrévocable, cela suscite une telle angoisse que ça fonctionne comme une prophétie autoréalisante. »

Dans le cas des enfants intersexes, qui ne possèdent pas à la naissance de caractères sexuels déterminés, les parents doivent se prononcer avec le conseil des médecins sur le sexe qu’ils veulent attribuer à l’enfant, d’où s’ensuivent les opérations chirurgicales. « La France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme dans ce cas pour atteinte du corps sain de nouveau-né. La question étant : pourquoi réduire à un sexe masculin ou féminin, selon quels critères ? En Finlande, les enfants intersexués n’ont pas de réassignation avant 10 ans et les familles sont accompagnées pour cela. Ce qui montre qu’il existe d’autres possibilités. »

Une médicalisation de la difficulté scolaire

Du point de vue psychique, tous ces enfants en souffrance psychologique peuvent être amenés à être décrocheurs scolaires. « L’école est particulièrement touchée par cette multiplication de diagnostics qui implique une médicalisation de la difficulté scolaire. Le repérage médical est accentué au détriment de l’aptitude de l’enseignant à proposer quelque chose à l’enfant pour l’aider dans le cadre scolaire. »

Ainsi, comme le précise Bernard Golse, « le but du pédopsychiatre n’est pas de rendre l’enfant conforme aux attentes de la société mais de l’aider à être en adéquation avec ses propres désirs tout en faisant en sorte, bien entendu, que ses mouvements psychiques soient respectueux d'autrui et de lui-même. » La notion d’enfant non conforme interroge également celle de l’enfant sage et de sa signification. « Comme le souligne Joyce McDougall, psychanalyste, « chez certains enfants sages, la norme devient le carcan de l’esprit et le cimetière de l’imaginaire » », conclut Claire Metz qui précise qu’un autre ouvrage est en préparation sur « l’enfant hors cadre ».

Marion Riegert

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R