Prix Guy Ourisson : « Faire partie d’une communauté scientifique »

08/03/2021

Maitre de conférences en sciences économiques et chercheur associé au Bureau d’économie théorique et appliquée (Beta) de Strasbourg, Stefano Bianchini compte parmi les cinq lauréats 2020 du prix Guy Ourisson. Rencontre avec un économiste passionné de nouvelles technologies.

Stefano Bianchini découvre la capitale européenne durant sa thèse qu’il réalise en cotutelle entre l’Université de Pise et celle de Strasbourg. Une ville que l’Italien de 36 ans ne quitte plus et où il décide de fonder sa famille. « Même si le café de mon pays me manque », glisse le chercheur qui apprécie le Beta. « Un endroit très stimulant dans lequel les chercheurs sont motivés, très impliqués au niveau pédagogique et organisationnel. »

Originaire de Milan, Stefano Bianchini débute ses études à Pise en Italie. Durant son master en école d’ingénieur il réalise un mémoire avec un collègue économiste sur les injustices sociales. Une discipline qu’il décide d’adopter définitivement lors de son doctorat en économie quantitative co-dirigé par Patrick Llerena, durant lequel il étudie l’impact des changements technologiques et de l’innovation sur la dynamique d’emploi.

Allier compétences techniques et sciences sociales

Mathématiques, statistiques… « Ce qui me plait dans l’économie c’est la possibilité d’allier les compétences techniques de ma formation d’ingénieur à un domaine d’application plus large comme les sciences sociales. » Une ouverture qui lui demande tout de même quelques efforts au début pour développer son côté conceptuel. « En économie, il ne suffit pas d’être un bon technicien, il faut voir les implications. »

Tourné vers les dynamiques sociales, le chercheur, devenu maitre de conférences au Beta, s’intéresse plus particulièrement à l’intelligence artificielle, l’innovation et la technologie. Des sujets qui l’ont toujours passionné. « En mesurant la vitesse à laquelle les connaissances sont produites et diffusées, je souhaite voir comment la transition numérique engendrée par l’Intelligence artificielle (IA) et les big data impacte le système socio-économique dans son ensemble. Par exemple, comment l’IA peut changer la manière dont sont faites les sciences ? »

La dynamique du système scientifique

Depuis un an, Stefano Bianchini travaille plus particulièrement sur la transition verte et digitale. « Ce type de transition est-il possible, est-ce que l’un domine l’autre ou le ralentit ? », interroge le chercheur qui souhaite, à travers des modélisations, cartographier la production des technologies numériques et des technologies vertes en Europe. « Là où la transition numérique est plus marquée, elle a des effets négatifs sur les émissions de gaz à effet de serre », remarque l'économiste dont le projet est de quantifier l’impact de l’IA et de la transition numérique comme facilitateur pour le développement durable. « Selon son utilisation, la technologie numérique peut optimiser la distribution d’électricité, il y a des avantages et des désavantages. »

Autre recherche : sur la dynamique du système scientifique. « La carte des publications scientifiques est assez homogène en Europe. En revanche, côté application des connaissances, il y a des différences entre le centre et la périphérie, le Sud et l’Est, avec en France ou en Allemagne beaucoup de Sociétés d'accélération du transfert de technologies (Satt), ce qui se retrouve dans le développement des technologies numériques ou vertes », souligne Stefano Bianchini qui étudie également l’organisation des chercheurs concernant leurs recherches durant la Covid-19. Le prix Guy Ourisson est pour lui une reconnaissance. « Dans ce type de prix, ce n’est pas vraiment l’argent qui compte mais faire partie d’une communauté scientifique. »

Marion Riegert

Le prix Guy Ourisson du Cercle Gutenberg est attribué chaque année à une chercheuse - chercheur, âgé(e) de quarante ans ou moins au 1er janvier de l’année d’attribution, menant en Alsace des recherches particulièrement prometteuses. Le Cercle Gutenberg a été créé par le professeur Guy Ourisson pour renforcer les liens entre les membres alsaciens de l’Institut de France, du Collège de France, des grandes académies françaises et étrangères et de l’Institut universitaire de France et pour stimuler la recherche scientifique en Alsace.

Tous les champs disciplinaires sont concernés par ce prix qui consiste en un chèque de 5 000 € mis à disposition du lauréat pour l’aider à réaliser ses projets. Ce prix est doté par des collectivités territoriales alsaciennes, des fondations, des entreprises et des particuliers qui souhaitent honorer la mémoire de Guy Ourisson (1926–2006).

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R