Activité physique et méditation, quel impact sur la santé ?

22/09/2016

Aux hôpitaux universitaires de Strasbourg, des patientes suivies pour un cancer du sein peuvent participer à une étude innovante. Un programme d’entraînement avec activité sportive et/ou médiation pleine conscience pendant 8 semaines.

Il s’agit d’étudier les effets des 2 activités, pratiquées isolément ou en même temps, sur  les capacités physiques et la qualité de vie des patientes après une chimiothérapie.

A l’origine du projet de recherche, Evelyne Lonsdorfer, Maître de Conférence-Praticien hospitalier en physiologie qui depuis 10 ans a pu constater les bénéfices de l’Activité physique auprès des malades. D’après ses observations, à la fin d’un programme d’entraînement physique, toutes les femmes vont beaucoup mieux avec une nette progression de leurs capacités physiques. Mais si le corps est plus vaillant, l’esprit vacille encore. Les patientes rencontrent toujours des troubles du sommeil, de la mémoire et des difficultés à gérer leurs émotions. D’ou l’idée d’associer la méditation à une activité sportive pour étudier les effets de ces deux pratiques thérapeutiques ensemble.

Depuis mai 2015, une quarantaine de patientes a suivi ce programme d’entraînement, constitué de 4 groupes (séances vélo ou/et médiation/groupe témoin).

Cette étude clinique est réalisée au sein du service de Physiologie des HUS pour la partie concernant les évaluations initiales et finales des capacités physiques et le programme d’entraînement physique, en collaboration avec Jack Foucher, neurologue et psychiatre, à l’institut de biophysique et l’Icube pour la partie imagerie médicale et analyse des données des IRM effectuées au début et à la fin du protocole.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R