En plein délit de gloutonnerie, un nouveau type de trou noir détecté

17/07/2018

Alors qu’il avalait une étoile passée à proximité, un nouveau type de trou noir a pu être identifié. De masse intermédiaire, il est le chainon manquant qui pourrait permettre aux chercheurs d’expliquer la formation des trous noirs de plus grande taille. Pierre-Alain Duc, directeur de l’Observatoire de Strasbourg a participé à cette découverte opérée par une équipe internationale qui a fait l’objet d’une publication dans Nature Astronomy.

« Il existe plusieurs sortes de trous noirs », explique en préambule Pierre-Alain Duc. Il y a ceux de petite masse formés à partir de l’effondrement d’une étoile de plus de 20 fois la masse du soleil et les gros trous noirs dits supermassifs de plusieurs millions de fois la masse du soleil. « On les trouve au centre de chaque galaxie. » Les chercheurs soupçonnaient l’existence d’un troisième type de trou noir : ceux de masse intermédiaire. « Mais les candidats fiables manquaient. » Celui détecté grâce aux données du satellite XMM-Newton de l’Agence spatiale européenne, ainsi qu’avec une batterie d’autres instruments, par une équipe internationale impliquant notamment des chercheurs français et américains, semble en être un. « Il ferait quelques milliers de fois la masse du soleil. »

Les trous noirs absorbent ce qui passe à proximité immédiate de leur périphérie, pour les voir, les chercheurs ont deux options : « soit on observe le mouvement des étoiles au centre de la galaxie, soit il faut attendre que le trou noir soit en activité et qu’il avale de la matière. » Dans le cas de notre spécimen de masse intermédiaire l’observation s’est faite lorsque le trou noir a absorbé une étoile. « Ça a laissé une signature, un sursaut de lumière sur plusieurs années. »

Un positionnement inhabituel

Une découverte qui ne s’est pas faite en un jour mais en 10 ans. « Nous avons dû observer cette signature au rayon X », précise le chercheur qui souligne que le rôle de l’Observatoire a été de faire le recensement et le catalogage des sources produites par le satellite XMM-Newton. Pour Pierre-Alain Duc, l’intérêt de cette découverte réside notamment dans le positionnement du trou noir, dans un amas stellaire, à la périphérie d’une grosse galaxie alors que d’ordinaire les trous noirs sont observés en leur centre.

« Le fait d’avoir trouvé un évènement rare, nous permet de dire qu’il y en a plein d’autres cachés. Cela pourrait également nous apporter des éclairages sur la formation des trous noirs de plus grande masse. » D’ici 10 ans, le satellite Lisa sera envoyé dans l’espace pour assister à la fusion des trous noirs massifs, en attendant les chercheurs ont le temps d’étudier la formation de ce nouveau venu et de tenter de percer ses mystères…

Marion Riegert

Qu’est-ce qu’un trou noir ?

Bon à savoir

« Un trou noir est un objet qui résulte de l’effondrement d’un astre sur lui-même si bien que sa densité augmente et que la lumière ne peut plus s’échapper de l’objet qu’on ne peut plus voir. Au cœur du trou noir différentes physiques sont à l’œuvre : il y a une dilatation du temps, un changement d’espace… », résume Pierre-Alain Duc.

Partenaires

Logo du CNRS
Logo Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Logo du réseau Epicur
Logo de EUCOR, Le Campus européen
Logo de l'Inserm Grand Est
Logo de l'Inria

Labels

Logo du label Bienvenue en France
Logo du programme HRS4R
Logo du programme France 2030
Logo de Service Public+

Réseaux

Logo de France Universités
Logo de la Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
Logo du réseau Udice
Logo de l'Université franco-allemande