2009 -2019 : Quelle place pour la recherche alsacienne ?

16/01/2019

Série 10 ans de recherche épisode 1. En 2009, Patrick Llerena, économiste au Bureau d'économie théorique et appliquée (Beta), évoquait la place de la recherche alsacienne en France pour le magazine Savoir(s), nous le retrouvons 10 ans après pour un nouveau bilan.

De 2009…

Interviewé en 2009 dans les colonnes du magazine Savoir(s) Patrick Llerena* évoquait son souhait de systématiser la collecte de données sur la recherche et l’innovation en Alsace et ce au travers d'un outil spécifique : l’Observatoire régional de la recherche et de l’innovation (Orri). « Nous alimentons une base de données, en particulier avec les rapports de l’Observatoire des sciences et techniques (OST), nous extrayons des informations à la demande, pour écrire des notes de synthèse », expliquait alors l’économiste.

A partir du rapport de l’OST édité fin 2008 mais basé sur les chiffres de 2005-2006, Patrick Llerena et son équipe avaient publié la première note de leur observatoire régional. On pouvait y lire que la production scientifique et technologique de l’Alsace était supérieure en proportion à son poids démographique ou économique. Malgré cela, « toutes les régions augmentent leur production mais l’Alsace va moins vite », soulignait l’économiste.  Autre information : la place de la recherche alsacienne se dégradait par rapport aux autres régions françaises avec une érosion continue depuis 1999. Et ce en raison notamment d’un manque d’investissement.

Un constat relativisé par l’absence à l’époque de données sur le développement de nouveaux instruments comme l’Agence nationale de la recherche (ANR), les Pôles de compétitivité ou encore la mise en place à Strasbourg du Centre international de recherche aux frontières de la chimie, un des centres d’excellence de la chimie créé par le gouvernement.

…à 2019

10 ans plus tard, l’Orri n’existe plus même si son site est encore en ligne (http://orri.u-strasbg.fr.) « Le financement dans le cadre du contrat de plan État-région (CPER) s’est arrêté plus tôt que prévu en juillet 2012 », explique Patrick Llerena qui précise qu’aucun organe similaire sur la collecte de données de recherche n’a été mis en place. « Nous devons nous servir de données nationales et internationales. » Un travail rendu plus compliqué par la recomposition des régions en France. « De plus l’OST ne publie plus son rapport sous les mêmes formats et a été intégré au Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur. »

Même s’il ne peut pas s’appuyer sur des données statistiques, Patrick Llerena constate tout de même que l’Alsace est une des régions qui a une grande visibilité scientifique que ce soit en termes de brevets ou de publications. « Cela se confirme par la reconnaissance que le site de Strasbourg a eu depuis 2009 avec trois nouveaux Prix Nobel et l’obtention en 2012 de l’appel à projets Initiatives d’Excellence (IdEx), reconduit en 2016 sans conditions de durée. Ce sont des financements importants qui sont venus corriger les problèmes d’investissement existants. »

Autre constat : alors qu’en 2009 leur utilité posait question, les trois nouveaux instruments de l’époque n’ont plus rien à prouver et sont complétement intégrés. « Ils ont un effet significatif sur la recherche en Alsace dont une partie significative est financée par l’ANR. Les Pôles de compétitivité comme Alsace BioValley sont désormais une évidence et le Centre international de recherche aux frontières de la chimie est devenu la Fondation pour la Recherche en Chimie (FRC) qui fonctionne très bien. » Et de conclure : « La fusion des trois universités a reconfiguré l’organisation de la recherche. Nous n’avons ni les données quantitatives sur le volume et la nature des recherches, ni le recul nécessaire pour un avis rigoureux mais nous avons déjà de très belles histoires de succès... »

Marion Riegert

*Patrick Llerena est spécialisé dans l’étude des mécanismes de production des connaissances des organismes publics et privés.

En chiffres

Documents à télécharger

          2009                                                             2019

76 unités de recherche                                       73 unités de recherche

2 391 enseignants-chercheurs                          2 755 enseignants-chercheurs

2 143 personnels                                                  2 362 personnels

10 ans de recherche à l’Université de Strasbourg

L’Université de Strasbourg fête ses 10 ans. L’occasion de partir à la rencontre des chercheurs et ainsi mettre en lumière chaque mois une recherche ayant eu lieu entre 2009 et 2019. Voir comment ces dernières ont évolué à travers le temps débouchant parfois sur des impasses ou donnant lieu à de nouvelles découvertes. Retrouvez tous les articles de la série sur notre timeline.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R