L’intelligence artificielle au service du soin

27/11/2020

Avec le projet ArtIC (Artificial Intelligence for Care), l’Université de Strasbourg fait partie des 22 lauréats de l’appel à programmes « contrats doctoraux en IA » lancé par l’Agence nationale pour la recherche en juin 2019. Quinze travaux de thèses seront financés dans ce cadre, autour de la thématique de l’intelligence artificielle et de la santé.

C’est une suite de réussites qu’engrange l’Université de Strasbourg dans le domaine de l’intelligence artificielle. Après la sélection de Nicolas Padoy pour une des chaires IA financées par l’Agence nationale pour la recherche, c’est au tour de 15 projets de thèse d’être sélectionnés, dans le cadre de l’appel à programmes « contrats doctoraux en IA ».

Pour solidifier leur candidature, quatre universités de la région Grand Est ont travaillé en bonne intelligence. L’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’Université de Haute-Alsace et l’Université de technologie de Troyes ont collaboré avec les équipes strasbourgeoises.

Une sélection triée sur le volet

En juin 2020, un appel à sujets est lancé parmi les directeurs de thèses qui avaient été inscrits dans le projet ArtIC. Ils rédigent une vingtaine de sujets potentiels dans le domaine de l’intelligence artificielle et de la santé. « A partir de ces sujets, nous avons fait un nouvel appel à candidatures, pour recruter nos doctorants. Huit ont été retenus pour l’Université de Strasbourg », explique Jean-François Kong, chargé du projet ArtIC.

Ces doctoraux travaillent sur des thématiques innovantes, qui relient de façon originale le domaine médical et l’intelligence artificielle. Par exemple, Amani Abou Rida qui étudie les écosystèmes immunitaires artificiels au sein de l’école doctorale Mathématiques, sciences de l'information et de l’ingénieur (MSII) ou encore Anja Pantovic, qui travaille sur l’assistance préopératoire à la préparation du placement d’électrodes d’enregistrement de SEEG en neurochirurgie.

Cinq postes de doctorants sont encore à pourvoir dans le cadre de ce cofinancement par l’ANR. « Nous prévoyons un nouvel appel à candidatures pour la rentrée 2021 et nous espérons également que nouveaux partenariats verront le jour dans ce domaine, pour donner lieu à de nouveaux travaux de recherche », conclut Jean-François Kong.

Léa Fizzala

ArtIC en quelques chiffres

  • 22 établissements sélectionnés par l'ANR en 2020 pour les contrats doctoraux en IA.
  • 15 sujets de thèse potentiels dans le cadre du programme.
  • 10 candidats retenus à la rentrée 2020 pour mener à bien ces travaux : 8 pour l'Université de Strasbourg et 2 pour l'Université Haute Alsace.
  • Encore 5 postes de doctorants à pourvoir dans le cadre de ce cofinancement
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R